Devenir RICHE : c’est possible

(pour tout ceux qui ne croient plus aux contes de fées)

 

 

devenir riche possible ne pas croire aux contes de fées

Comment devenir riche ?

Voici la question que tout le monde se pose. Car quelle personne sensée aspirerait à devenir pauvre ?

Il y a pourtant quelque chose de dérangeant, dans le fait d’assumer que l’on cherche à devenir riche. Et un site qui propose de vous aider à vous rendre riche, ou plus riche, suscite par nature une réaction de méfiance.

Pourquoi ?

Parce que si c’était si simple, si c’était même possible, tout le monde serait riche ! Or ce n’est pas le cas, tout le monde n’est pas riche. Alors vous pensez que ce n’est pas simple, et peut-être même pas possible pour vous.

Pour votre plus grand bonheur, je vais vous montrer que vous vous trompez !

Vous croyez encore aux contes pour enfants

La possibilité d’être riche et de vivre la vie que vous voulez n’est souvent pas si loin.

Le problème, c’est que vous rêvez d’une image de la richesse, qui sort habillée dans des vêtements haute couture et au volant d’un bolide à 300 000 €, alors qu’elle se nourrit en réalité de beaucoup de principes de bon sens, et d’un peu de discipline.

La richesse n’est pas non plus réservée aux stars du showbiz ou du sport. La richesse n’est pas réservée aux héritiers de grandes familles. Croire cela, c’est penser que votre vie dépend du fait d’être touché par la baguette magique de marraine la fée, ou non : si vous avez la chance d’être touché par la grâce, vous aurez un beau carrosse qui vous permettra d’être remarqué par le prince.

Tandis que le lot de la plupart des gens, ce serait d’avoir une vie « ordinaire » de second rang.

Les adultes savent que les contes sont utiles pour nourrir l’imaginaire de l’enfant…mais qu’ils ne sont pas la vraie vie.

Pourquoi donc croyez-vous encore à des contes lorsqu’il s’agit de parler de richesse ?

Le pauvre partage la pauvreté, le riche partage la richesse.

La pensée du monde s’établie sur une présupposition de pénurie. Nous comptons les ressources à disposition, et nous constatons leur insuffisance.

Par exemple, nous mesurons l’accroissement de la population mondiale, et nous disons que nous manquerons de nourriture et d’eau potable.  Si ce raisonnement était vrai, alors il n’y aurait jamais eu de famines par le passé, lorsque la planète était moins peuplée. Or toutes les époques de l’Histoire ont connu des famines.

Autre exemple : nous mesurons les réserves de nos sources d’énergie, et nous disons que nous en manquerons.  Si ce raisonnement était suffisant, l’esclavage n’aurait jamais pu être aboli, à des époques où la force des bras était la seule source d’énergie.

Je ne dis pas qu’il faut gaspiller les ressources, et ne pas se préoccuper de leur bonne gestion, bien au contraire !

Ce que je dis, c’est que la peur de manquer est ce qui pousse le pauvre à rester dans un état de pauvreté, quand le riche y voit une opportunité de créer de la valeur.

On parvient à nourrir de plus en plus de monde, parce que des progrès de productivité dans l’agriculture et l’élevage ont été accompli. Ces avancées ont permis de régler un problème qui aurait réellement pu se poser, si quelques personnes n’avaient pas chercher intentionnellement à les régler. Ces solutions ont été une source de richesse nouvelle (l’industrie agroalimentaire), en même temps qu’un enrichissement global (on arrive à se nourrir).

On parvient à améliorer le niveau de vie global, de confort et de service, parce que des machines nous aident à la production et nous assistent au quotidien. La découverte de nouvelles sources d’énergie, l’industrialisation, puis le numérique ont été des réponses nouvelles à des besoins réels qui semblaient insolubles pour les sociétés concernées à l’époque. Ces solutions nouvelles ont permis le partage de richesses individuelles et collectives  qui n’existaient pas quelques années plus tôt.

Le point principal de la question de la pauvreté ou la richesse ne dépend donc pas d’abord d’un environnement général (l’extérieur), mais de la perception de la réalité (état d’esprit intérieur).

Tout n’est pas parfait, loin de là !

La bonne nouvelle, c’est justement qu’il reste des problèmes, et que ce sont autant d’opportunités à saisir pour créer de la valeur !

Le principe de pénurie appliquée aux finances personnelles

La plupart des gens appliquent le même schéma de pensée de pénurie à leurs finances personnelles, et à leurs ressources.

Ces personnes considèrent leurs projets, leurs rêves, et mettent en face leurs ressources financières. A ce moment là, elles constatent un manque. Invariablement, la plupart d’entre elles pensent que leur problème est un manque d’argent.  La seule solution à cette pénurie de ressources serait, selon elles, d’avoir plus d’argent.

Un rêve ne s’achète pas. Il se construit.

Il faudrait plutôt admettre une vérité systématique : c’est que quelque soit votre stock d’argent, il vous en manquera toujours par rapport aux projets et aux rêves que vous nourrissez.

Parce qu’en réalité, le secret d’une vie réussie ne se trouve pas résumé à un chiffre sur un ligne de compte, mais aux aptitudes que vous aller acquérir et développer pour parvenir à vos rêves.

Un rêve ne s’achète pas. Il se bâtit. Il se conquiert.

Celui qui partage est riche.

Ce sont les mêmes personnes qui croient que partager la richesse aboutit à l’appauvrissement de celui qui partage. Or qui aujourd’hui serait prêt à s’appauvrir pour l’autre ?

Ainsi, ils finissent par soupçonner que celui qui propose de partager sa richesse doit certainement être mal intentionné, et cherche à tromper les crédules. Ces mêmes crédules qui croient aux contes….

Une autre vision consisterait à croire que les ressources à notre disposition sont non seulement suffisantes, mais potentiellement illimitées !  Et qu’ainsi l’enrichissement de l’un ne signifie pas l’appauvrissement des autres, mais au contraire un enrichissement global.

Celui qui partage devient donc quelqu’un qui : 1/ s’estime suffisamment riche pour ne pas avoir peur de manquer et 2/ qui cherche à générer encore plus de richesse pour lui-même, et pour les autres.

La question du partage des richesses n’est donc pas d’abord une question de moyens. C’est avant tout une question d’état d’esprit. Celui qui partage a l’assurance, en lui-même, de ne jamais manquer. Car il sait qu’il est capable de créer de la valeur.

Alors, préférez-vous vous situer parmi ceux qui ne peuvent pas donner, ou vous situer parmi ceux qui se sentent libres de partager ?

Personnellement, je fais le choix de partager. Vous en êtes vous-mêmes au bénéfice : mes ebooks sont gratuits, ainsi que toutes les ressources sur mon blog. Même le Service de Qelinvest (l’appel d’offres pour vos placements) vous est accessible gratuitement. 

Le choix de la richesse se fait ici : dans l’état d’esprit que l’on embrasse.

La richesse et l’argent

Notre pensée occidentale associe instinctivement le mot richesse au mot argent. Alors que certains cherchent effectivement à disposer de toujours plus d’argent (combien ?), d’autres savent que ce n’est pas leur objectif premier. 

Mais la notion de richesse est bien plus large que la notion d’argent.

L’argent est une sous-catégorie de la richesse

L’argent est toujours le fruit d’un travail. C’est soit le fruit de votre travail (un salaire contre votre temps), soit le fruit du travail de votre patrimoine.

La richesse, au sens patrimonial, correspond à l’ensemble des biens et des investissements qui travaillent pour vous.

C’est par exemple un appartement que vous donnez en location, ou un investissement financier. Le « travail » de ces biens et investissements se matérialise par la génération de revenus sous forme de flux d’argent : la perception d’un loyer dans le premier cas ; la perception de dividendes ou d’intérêts dans le second cas.

De quoi voulez-vous être riche ?

Vous pouvez vouloir être « riche » d’argent, quoique ce ne soit pas la quête la plus satisfaisante, ni la plus efficace possible.

Mais vous pouvez aussi vouloir chercher à être riche de mille autres choses : de temps libre, d’une vie de couple épanouie, d’une vie de famille paisible, d’amitiés profondes et fidèles, d’une vie professionnelle exaltante, d’une vie sociale sincère et utile, d’un environnement matériel confortable, d’une vie intellectuelle croissante, d’une vie créative libérée, de souvenirs mémorables, d’une vie d’aventures ….

La vraie question est donc : de quoi voulez-vous être riche ? Et le seul qui détient la bonne réponse, c’est vous.

En réalité, vous ne voulez pas d’abord être riche, vous voulez être heureux.

C’est votre définition du bonheur qui vous montrera de quoi vous devez chercher à être riche.

C’est le point de départ d’une vie riche, l’étape n°1. Si vous ne savez pas définir votre bonheur, vous êtes comme prendre le volant sans avoir défini de destination. Ca n’a pas de sens.

Même dans la voiture la plus luxueuse, il arrive un moment où l’on se lasse de rouler sans destination.

« C’est une illusion de croire que l’important est d’obtenir la plus belle voiture. Si vous ne savez pas où vous rendre, votre belle voiture ne vous laissera au final qu’un goût amer. »

Votre première responsabilité est donc de définir votre destination de rêve : où souhaitez-vous aller ?

La deuxième étape, c’est de connaître et de préparer votre véhicule. Ce véhicule, c’est votre patrimoine ; ce sont vos richesses, vos ressources à disposition. Ce sont aussi vos dons, vos talents, vos relations, votre compréhension du monde, etc. Tous ces éléments ne  sont qu’un outil au service de votre vie : un simple véhicule au service d’une destination plus grande. Mais vos ressources sont-elles bien gérées ? En connaissez-vous seulement les règles de gestion ? Sont-elles bien adaptées à ce que vous souhaitez-faire ? Avez-vous besoin de vous former ?

Vous seul avez la responsabilité de vous occuper de vos ressources. Et en particulier de votre état d’esprit, et de votre argent (vos finances personnelles et votre patrimoine). D’une manière générale, vous ne pouvez pas gagner si vous ignorez les règles du jeu. Cette règle s’applique aussi aux finances personnelles. Vous seul portez la responsabilité de vous former sur ce domaine. C’est pourquoi je mets à votre disposition sur ce blog les principes clés de la gestion de patrimoine, dans un langage facile à comprendre.

La troisième étape, c’est de planifier votre voyage. Vous devez connaître l’itinéraire adapté à votre véhicule, et les règles de conduite. Respecter la carte et le code de la route est une condition indispensable pour s’assurer d’arriver à destination sans se perdre ou se faire confisquer le véhicule. Vous pourrez avoir besoin de guides, de GPS, ou d’un expert du code. Cette carte, ce sont les qualités et les aptitudes que vous allez devoir acquérir pour atteindre votre destination.

Mais qu’est ce que la gestion de vos finances personnelles a à voir avec le développement de vos aptitudes ?

La vraie place de l’argent dans votre bonheur

Ma mission, c’est de vous donner les clés indispensables pour gérer les ressources les moins précieuses – mais néanmoins utiles – que la vie vous accorde, à savoir vos ressources financières. Car l’argent n’est qu’un outil. Et sa vocation est seulement d’être mis au service de votre vie.

Malheureusement, de nombreuses personnes accordent à l’argent une place et un pouvoir qu’il n’a pas : il le prennent pour la destination au lieu de l’utiliser comme leur véhicule. Ce faisant, elle deviennent serviteur de l’argent, souvent sans même s’en rendre compte. Et passent à côté des vraies richesses, et parfois de leur bonheur.

Si donc l’argent n’a pas l’importance que notre culture lui accorde, pourquoi est-ce que j’investirai autant de temps dans la rédaction d’articles traitant de ces questions ?

L’argent est un test permanent.

Simplement parce que le sujet de votre rapport à l’argent et de la gestion de vos finances personnelles est un test. C’est en quelque sorte le domaine dans lequel vous allez pouvoir évaluer systématiquement si vous êtes cohérent entre ce que vous pensez, ce que vous dites, et ce que vous faites. 

C’est essentiel. Parce que si vous n’êtes pas cohérent, cela signifie que vous vous trompez vous-mêmes. Or il vous est impossible d’atteindre la destination « bonheur », si vous vous mentez à vous-mêmes. Cela revient à se mettre en route, et s’égarer en chemin. Si vous définissez une destination, vous devez aussi prendre la responsabilité de vous conduire vous-même sur l’itinéraire qui mène à cette destination. Si vous vous détournez à droite, puis à gauche, vous êtes au mieux en train de perdre du temps, au pire en train de vous égarer complètement. Votre destination n’est plus une destination, c’est devenu une illusion.

Dans ce sens, la gestion de votre argent est un test qui vous montre à quel point vous êtes fidèle ou non dans la gestion des ressources que vous avez à disposition.

Et tout le monde conviendra qu’il est difficile d’aller loin, si l’on gaspille ses ressources. Il en va de l’argent comme du reste de vos ressources. Que faites-vous de votre temps ? Est-il employé à ce qui compte vraiment ? Que faites-vous de vos dons et de vos talents ? Que faites-vous de vos relations ? etc….

Prenons quelques exemples de tests que nous propose notre relation à l’argent :

> Vous pouvez aimer l’idée d’honnêteté, mais la manifestez-vous avec votre argent lorsque le commerçant vous rend davantage de monnaie que prévu ? Ou qu’il a oublié de scanner un article ? Etablissez-vous des notes de frais qui correspondent strictement à la réalité des dépenses engagées ? Ou encore, déclarez-vous réellement tous vos revenus et tout votre patrimoine à l’administration fiscale ?

> Vous pouvez aimer l’idée de générosité, mais quel est votre disposition de coeur lorsque vous faites un cadeau ? Lorsque vous faites un don ? Etes-vous réellement généreux par votre cadeau, ou êtes-vous seulement obligé de faire un cadeau ?

> Vous aimez l’idée de responsabilité. Mais lorsque vous faites un achat, est-il toujours réellement choisi ? Ou succombez-vous facilement à des propositions irrésistibles, pour la seule raison que vous « faites une affaire » ? Si votre achat n’est pas réellement choisi, c’est que ce n’est pas vous qui l’avez choisi. C’est lui qui vous a choisi. La promotion a simplement appuyé sur le bouton « argent – économie – bonne affaire ». Mais combien de « bonnes affaires » sont ensuite restées dans vos placards ? Succomber à la pression de l’environnement est compréhensible, mais ce n’est pas responsable. 

Les promesses qui accompagnent ceux qui valident le test

Ces questions ne se veulent pas accusatrices, mais démontrent simplement que l’utilisation et la gestion (ou l’absence de gestion) des finances personnelles reflètent le degré de discipline, d’engagement, et de sens que vous avez choisi pour votre vie, et que vous appliquez au quotidien.

Vous avez la liberté de penser que ce ne sont que des « petites choses », et que les vrais enjeux ne sont pas là. « Finalement, ce n’est pas si grave…. »

Ne dit-on pas que celui qui est fidèle dans les petites choses l’est aussi dans les grandes ? Et que celui qui est injuste dans les petites choses l’est aussi dans les grandes ?

Si vous voulez réaliser de grandes choses (et être heureux est une grande chose), vous n’avez pas d’autre choix que de tenter, et de valider le test de la gestion de votre argent.

Si vous validez le test de la gestion de vos finances personnelles, c’est que vous avez commencé à développer les qualités qui vous permettront d’atteindre vos objectifs dans tous les domaines prioritaires que vous avez définis pour votre vie.

Comment se préparer ?

La plupart des sites qui traitent de l’argent, de placement de capitaux, ou de gestion de patrimoine sont centrés sur les produits. En général parce qu’il les vendent eux-mêmes. Et il n’y a rien de condamnable à cela. 

Mais ils ne vous aident pas à devenir riche. Ils vous aident, au mieux, à placer et investir votre argent. Or encore une fois, le choix d’un produit financier ou immobilier, d’un placement ou d’un investissement, doit être la décision finale d’une question plus profonde. 

Pour reprendre l’analogie du véhicule, vous ne pouvez pas savoir, hors contexte, s’il vous sera profitable d’ajouter l’option climatisation, le radar de recul, le siège massant ou de changer les jantes que vous propose le vendeur de voitures. Pour savoir si vous avez besoin d’un véhicule climatisé, vous devez savoir si votre itinéraire vous fait passer par des régions chaudes, ou pas. Pour savoir si vous avez besoin du siège massant, vous devez savoir si votre destination est à 2 heures, ou 2 journées de route. Et ça, vous seul le savez !

A nouveau, si vous voulez que votre investissement serve vraiment vos intérêts, vous devez non seulement le comprendre et donc acquérir les connaissances essentielles de la gestion de patrimoine , mais vous devez avant cela avoir défini ce que vous voulez faire de votre vie. Cela vous permettra de définir, en conséquence, vos objectifs patrimoniaux. 

Arrivé à ce stade qui est de l’ordre de votre seule responsabilité (réfléchir sur soi-même, et se former), vous constaterez sans doute que vous avez besoin de conseils, parce que les règles de la gestion de patrimoine sont complexes, et que vos attentes nécessitent désormais un niveau d’expertise élevé. Vous former et vous informer vous permet de comprendre les règles et les enjeux, mais ne vous exonère pas de devoir faire appel à un expert, de la même façon que vous pouvez décider de faire la vidange de votre voiture vous-même, mais que cela ne fait pas de vous un mécanicien capable de préparer le moteur, ou changer la courroie de distribution.

Vous souhaiterez alors trouver un excellent conseiller (et pas un vendeur de produits financiers ou immobiliers), mais vous ne saurez pas forcément à qui vous adresser (sinon vous en auriez déjà un). C’est pourquoi j’ai crée le service de Qelinvest.co qui vous permets de mettre facilement en concurrence les meilleurs conseillers en gestion de patrimoine proche de chez vous, grâce à l’appel d’offres que vous formulez vous-mêmes. C’est un service très efficace et que je mets gratuitement à votre disposition.

(Et là, je sens revenir votre scepticisme méfiant du début… donc je vous explique ici comment il est possible que ce soit gratuit, et vous découvrirez comment nous partageons nos bénéfices avec nos utilisateurs.)

Le seul intérêt de constituer et de gérer son patrimoine est celui-ci : il doit vous rendre service. Sinon, il servira les intérêts de quelqu’un d’autre. 

Et pour cela, il est important de commencer à établir des principes de vie dès le premier euro. N’attendez pas d’avoir des centaines de milliers d’euros pour vous poser des questions sur la gestion de votre argent et sur le sens que vous lui donnez. Car à ce jeu là, vous risquez de ne jamais voir ces sommes sur votre compte.

Devenir riche n’est pas d’abord une question de montant d’argent ou de valeur de patrimoine ; c’est avant tout acquérir un état d’esprit.

Vous devez commencez par prendre vos responsabilités et vous discipliner, pour donner du sens à la gestion de vos finances personnelles et « obliger » votre argent à servir vos intérêts.

Mon but est donc de vous aider à appréhender les principes clés de la gestion de vos finances personnelles, et de faire en sorte que vos ressources vous deviennent pleinement utiles.

Tout ça pour dire que…

> Une vie riche, ça se construit.

> Le bonheur ne viendra pas vous trouver par hasard. C’est à vous de le définir, et de le construire.

> Ça ne veut pas dire que vous aurez une vie facile ; mais ça veut dire que vous aurez une vie riche.

Bienvenue à bord.

DISCLAIMER / AVERTISSEMENT

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. En aucun cas, les informations portant sur la gestion des finances personnelles, la gestion de patrimoine, les informations fiscales, immobilières, sur le crédit, sur les marchés financiers, sur la transmission, l’économie, la retraite ou encore les placements publiées sur le site www.qelinvest.co ne peuvent être considérées comme étant un conseil. Nous faisons tout notre possible pour maintenir les informations à jour, sans toutefois pouvoir le garantir aux internautes. Les informations publiées sur le site ne représentent pas une offre de produits ou de services pouvant être assimilée à un appel public à l’épargne, ou à une activité de démarchage ou de sollicitation à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit de gestion, d’investissement, ou d’assurance. La société QELINVEST ne saurait être tenu responsable de toute décision fondée sur une information mentionnée sur le site www.qelinvest.co. Avant toute décision, nous conseillons vivement les internautes à consulter un professionnel du conseil en gestion de patrimoine, ou du conseil financier. C’est justement l’objet du Service créé par la société QELINVEST, qui agit uniquement en tant que simple intermédiaire technique au sens de la loi pour la confiance en l’économie numérique du 21 juin 2004.

 

PROSPERES A TOUS EGARDS

Découvrez l'état d'esprit de ceux qui sont vraiment riches ! 

(80 pages)

 

Merci ! Nous venons de vous adresser un email pour télécharger votre livre.

Share This