Maîtrisez les risques de votre investissement

(mais le risque zéro n’existe pas)

 

 

maîtrisez les risques de votre investissement.jpg

La crainte principale de l’investisseur est de perdre ce qu’il  a.

Tout le monde en conviendra, ce n’est jamais agréable de voir la valeur de son patrimoine diminuer. Mais autant le dire tout de suite, il est impossible de s’assurer absolument intégralement contre le risque de dépréciation. Et je vais vous démontrer pourquoi dans la suite de cet article.

Mais avant cela, comprenez que je ne vous dis pas cela pour vous faire prendre peur, bien au contraire !

Un investisseur responsable et avertit prendra les dispositions nécessaires pour connaître et maîtriser les risques de ses investissements. Refuser d’admettre cette réalité ne diminuera pas les risques, et ne ferait même que vous y exposer davantage. En prendre conscience est donc indispensable pour vous permettre d’adopter une stratégie de placement qui vous apportera la sérénité en toute circonstances, et l’efficacité (la rentabilité) sur le long terme.

Concernant la notion de risque, il est donc important de poser les choses « froidement », afin d’anticiper la pression émotionnelle qui peut conduire à prendre de mauvaises décisions lorsque des évènements négatifs se produisent.

Dans cet article, je vais commencer par introduire la notion qui est la clé de voûte de tout investissement, et qui vous permettra d’éviter des pertes importantes imprévues si vous la gardez constamment en tête.

Je vous démontrerai ensuite que tous les investissements présentent un certain degré de risque, même ceux qu’on vous présente comme « sans risque ».

Le mariage qui va vous sauver

Les deux mots inséparables lorsque vous caractérisez un investissement sont les mots « rendements » et « risques ».

Vous devez savoir que c’est un très vieux couple, et qu’il n’est pas prêt de divorcer ! Tous ceux qui tentent de séparer ces deux amants y sont en général pour leur frais, et finissent par reconnaître la légitimité de ce mariage.

Quel est donc le crédo de ce couple référence ?

Tout simplement que la rentabilité potentielle d’un investissement est toujours corrélée à son niveau de risque. 

Ainsi, plus le risque est élevé, plus vous pouvez vous attendre à une rentabilité élevée. Cela signifie aussi que vous êtes prêts à essuyer des pertes importantes, le cas échéant. 

Inversement, plus le risque est faible, plus la rentabilité potentielle sera faible.

Cette grille de lecture vous sera également très utile si vous l’inversez : si on vous propose un investissement présentant une espérance de rendement élevée, vous pouvez être certain que le risque associé est également élevé. 

Comment faire de cette notion votre meilleur allié dans vos décisions d’investissement?

Si vous êtes un investisseur en quête « du meilleur placement », vous êtes une personne très recherchée. Y compris par des arnaqueurs. Et vous angoissez à l’idée de tomber dans un piège, parce que savez que vous « n’y connaissez rien ».

La connaissance de la notion de couple rendement-risque doit suffire à vous éloigner de toute proposition d’investissement qui ressemble à une arnaque.

Le raisonnement à adopter est vraiment simple : prenez connaissance du rendement de la solution « sans risque » réglementée, à savoir le taux de rendement du livret A. Si le taux du livret A est de 0,75%, vous pouvez vous dire que la rémunération « normale » d’un placement « sans risque » est de 0,75%. Ainsi, si quelqu’un vous propose d’investir dans une superbe opportunité, au rendement garanti de 8%, vous devez vous mettre en alerte maximale. Un rendement annuel de 8% peut exister… mais certainement pas sans prise de risques !

Ainsi, à chaque fois qu’une proposition vous est présentée, prenez votre étalon rendement-risque, et mesurez le discours du conseiller. S’il vous présente un rendement attractif, mais qu’il affirme qu’il n’y a pas de risques ou même qu’il les minimise à l’excès, ne donnez surtout pas suite, et fuyez ! Vous n’êtes pas en face d’un conseiller, vous êtes en face d’un escroc !

Le risque ne vient pas toujours des autres

Vous avez votre part de responsabilité dans le crédit que vous accordez aux propositions et aux conseils que vous recevez.

La connaissance du principe rentabilité-risque est une protection contre les fausses promesses de rendement, mais vous devez également l’utiliser comme une protection contre vous-même ! Les épargnants qui ont perdu d’importantes sommes dans des placements surréalistes se sont tous laissés piégés… par leur propre cupidité !

Pour éviter de vous laisser aveugler par ce travers destructeur, mieux vaut le mettre en pleine lumière ! Cela commence par ne pas croire les propositions de gains mirobolants, faciles, et sans risques !

Dans la plupart des cas, votre bon sens vous alerte… encore vous faut-il l’écouter et ne pas choisir de le faire taire, au pretexte que vous avez envie de croire à une belle histoire !

Le premier facteur risque provient donc au final… de vous-mêmes ! Désormais, vous n’avez plus d’excuses !

Maintenant je vais vous montrer pourquoi aucun investissement ne pourra jamais vous offrir de garantie absolue.

Pourquoi tous les actifs sont risqués

Hé oui ! Personne ne peut vous garantir de ne jamais subir de pertes.

C’est un peu comme dans la vie : nous pouvons prendre des dispositions pour réduire les risques de catastrophes, mais nous ne pourrons jamais les empêcher totalement.

Il est donc important de comprendre qu’un niveau de risque d’un actif se mesure relativement au niveau de risque des autres actifs (c’est ce qu’on a commencé à voir dans l’exemple de l’étalon du livret A). Mais on ne peut pas définir un niveau de risque dans « l’absolu ». Cela n’aurait aucun sens, car le monde évolue chaque jour, et les équilibres qui sous-tendent les notions de risque sont sans cesse remis en cause.

Nous pouvons illustrer cela en prenant pour exemple la classe d’actif dite des « Liquidités Monétaires ». Elle correspond à votre compte courant, vos comptes épargne (Livret A, Livret Bleu, Livret de Développement Durable et Solidaire,…), bref, tout votre argent « non investi » qui vous est présenté comme « garanti » et « sans risque ». Il est certain que cette classe d’actif est la moins risquée, par rapport aux autres classes d’actifs. Cependant, elle-même ne peut vous apporter aucune sécurité absolue.

Vous allez le comprendre en voyant les effets des 3 phénomènes suivants :

1/ L’inflation, ou « comment perdre à tous les coups sans prendre de risque ! » 

L’inflation correspond au phénomène d’augmentation des prix des biens et des services. Si l’inflation est positive, même faiblement, cela signifie que vos liquidités monétaires (par exemple la valeur de votre compte courant) perdent du pouvoir d’achat au fil du temps. Autrement dit, bien que vous ayez la même somme d’argent sur votre compte, vous pouvez acheter moins de choses avec. Vous subissez donc une perte…imperceptible au premier coup d’oeil.

Depuis de nombreuses années, l’inflation est « contenue » : elle se mesurait en 2016 à +0,2%, et est estimée pour 2017 à +1,1%. Cela signifie que sur un an, sans rien faire (sans même « prendre de risques »), l’argent laissé sur votre compte courant a réellement perdu 1,1% de sa valeur en terme de pouvoir d’achat.

Est-ce qu’on peut donc parler de solution sans risque ? Oui, théoriquement, par rapport à d’autres classes d’actifs pour lesquels la valorisation peut être sujette à plus de variation. Mais en pratique, vous avez perdu environ 1% de vos avoirs laissés sur votre compte courant en 2017.

Retenez donc que toute solution de placement qui ne vous rapporte pas au moins autant que l’inflation déprécie votre capital. C’est une certitude mathématique.

Le seul aléa porte sur le niveau de l’inflation chaque année…. C’est lui qui dira si vous avez peu, ou beaucoup perdu…sans prendre de risques !

2/ La variation du cours des devises (les monnaies étrangères)

Si votre compte est libellé en euros (€), la valeur de votre argent fluctue, par rapport à l’évolution d’autres monnaies étrangères. Ainsi, si l’euro baisse par rapport au dollar, et que vous devez acheter une marchandise aux Etats-Unis, cela vous coûtera plus cher (vous devrez dépenser davantage d’euros pour payer un prix affiché en dollars qui n’a pourtant pas changé). Et inversement.

Imaginez que vous projeter d’acheter un accessoire pour votre Harley Davidson qui n’est vendu qu’aux Etats-Unis et qui coûte 1 000 dollars US. Au moment où vous avez l’idée d’acheter cet objet, le cours du dollar s’établit à 1$ = 1€. Vous envisagez donc de débourser 1 000€ pour acheter cet accessoire. Malheureusement, vous mettez  6 mois à convaincre votre épouse que cet objet sert à quelque chose… et pendant ce temps, le cours de l’euro a baissé par rapport au cours du dollar. 1€ ne vaut plus alors que 0,80$. Ainsi, même si le prix de l’objet sur le site du fabriquant est toujours affiché à 1000$, vous allez devoir dépenser 1250€ pour vous offrir ce précieux chrome. 

Au final, alors que le prix en dollar n’a pas changé, vous devez dépenser 25% de plus parce que vous étiez exposé au risque de change…et qu’il a joué en votre défaveur.

 

Cette réalité ne vous touche par directement si vous ne quitter pas la zone euro, ou si vous n’avez pas d’investissements hors de cette zone. Mais elle nous touche tous indirectement en tant que consommateurs qui achetons des produits et des ressources en provenance du reste du monde (pétrole, téléviseurs, etc).

Note : Je précise tout de même que, pour ce qui est de l’impact indirect qui pèsent sur les consommateurs,  ces variations monétaires sont déjà prises en compte par les calculs d’inflation.

Par ailleurs , c’est une réalité qui vous touchera très directement si vous êtes investisseur en actions ou en obligations sur des titres côtés hors de la zone euro, comme vous le verrez dans cet article.

3/ Les instabilités monétaires, politiques, et géopolitiques

Certaines décisions extrêmes sont parfois prises par des états financièrement acculés. Dans ces cas, rien n’empêche les autorités de « saisir » directement sur les comptes de ses concitoyens les capitaux dont il a besoin pour se sauver de cette impasse.

Récemment et proches de nous, Chypre a ponctionné jusqu’à 60% de l’argent (au dessus d’un seuil de 100 000€) déposé sur les comptes de ses concitoyens. Maintenant, allez dire à un chypriote que son compte courant constitue un actif sans risques….

Retenez que…

> Dans l’absolu, tous les investissements sont risqués. On mesure toujours le risque d’un actif par rapport aux autres. Mais personne ne peut garantir qu’il n’arrivera jamais rien à votre investissement, ni même à vos liquidités.

> Le couple « rendement/risque » est la notion clé pour analyser un investissement. Si l’on vous propose un investissement au rendement « élevé », cherchez absolument à connaître les risques qui y sont associés. Car il y en a forcément.

> Il est de votre responsabilité de vous protéger ! Un minimum de connaissances et de bon sens permet de se protéger de soi-même, et de propositions mal-intentionnées. Votre propre cupidité est un risque majeur ! 

> Vous disposez désormais des réflexes essentiels pour vous permettre de vous lancer dans la recherche du meilleur placement.

Mais si vous voulez devenir un investisseur qui dort sur ses deux oreilles quelques soient les circonstances, vous devrez prendre connaissance des risques spécifiques qui pèsent sur chaque classe d’actifs, et savoir comment on peut les modifier par le choix d’un mode de détention

DISCLAIMER / AVERTISSEMENT

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. En aucun cas, les informations portant sur la gestion des finances personnelles, la gestion de patrimoine, les informations fiscales, immobilières, sur le crédit, sur les marchés financiers, sur la transmission, l’économie, la retraite ou encore les placements publiées sur le site www.qelinvest.co ne peuvent être considérées comme étant un conseil. Nous faisons tout notre possible pour maintenir les informations à jour, sans toutefois pouvoir le garantir aux internautes. Les informations publiées sur le site ne représentent pas une offre de produits ou de services pouvant être assimilée à un appel public à l’épargne, ou à une activité de démarchage ou de sollicitation à l’achat ou à la vente d’OPCVM ou de tout autre produit de gestion, d’investissement, ou d’assurance. La société QELINVEST ne saurait être tenu responsable de toute décision fondée sur une information mentionnée sur le site www.qelinvest.co. Avant toute décision, nous conseillons vivement les internautes à consulter un professionnel du conseil en gestion de patrimoine, ou du conseil financier. C’est justement l’objet du Service créé par la société QELINVEST, qui agit uniquement en tant que simple intermédiaire technique au sens de la loi pour la confiance en l’économie numérique du 21 juin 2004.

 

LES CLES POUR INVESTIR

L'essentiel pour comprendre toutes les propositions d'investissement.

Devenez un investisseur stratégique, et mettez votre argent à votre service !

(90 pages)

Merci ! Nous venons de vous adresser un email pour télécharger votre livre.

Share This